Skip to main content
Scrollez    
Publications

L’ÉOLIEN FRANÇAIS RENTRE DANS UNE NOUVELLE ÈRE


Partagez cet article sur

Enfin ! Elle est là ! Floatgen, la première éolienne française offshore sera installée à 22 kilomètres au large du Croisic.

En effet, à date il n’existe aucune éolienne en mer (fixe ou flottante) installée en France, alors qu’il y en a actuellement plus de 3200 en mer pour une production de près de 12 GW dans le monde. A l’origine de ce projet, il y a ideol, une start-up française qui décide de développer une technologie permettant d’avoir une fondation flottante pour des éoliennes.

 

Les caractéristiques de Floatgen ? Elle reposera sur un flotteur mesurant 36 mètres sur chaque côté et 9.5 mètres de hauteur, avec une ouverture au centre appelé Damping Pool®, le mat mesurera 60 m de hauteur et les palmes auront un diamètre de 80 m. Elle deviendra la première éolienne flottante 100% européenne avec ses partenaires français : ideol, l’Ecole Centrale de Nantes, Bouygues Travaux Publics; anglais : RSK Group, espagnols : Zabala, et allemands Université de Stuttgart, et Fraunhofer-Iwes. Déjà lauréate des Trophées de la Transition énergétique 2017, Floatgen aura une production de 2 MW et sera maintenue en place avec l’aide de deux lignes d’ancrage à l’avant et quatre lignes d’ancrages de part et d’autre et à l’arrière. Cette réalisation est possible en partie grâce à l’union européenne qui soutient le projet avec un financement de 10 millions d’euros, mais aussi grâce à l’ADEME avec 5.7 millions d’euros.

 

Le flotteur venant d’être terminé, la prochaine étape sera le remorquage et l’installation de l’éolien sur le site fin 2017, puis le raccordement au réseau électrique dès 2018 et cela pour une période test de 2 ans. L’objectif étant de prouver la faisabilité, mais surtout la viabilité économique d’un tel projet.

Si tout se passe bien, ce sera le début d’une nouvelle ère dans l’éolien, qui tarde à prendre son envol comme le déclarait récemment Nicolas Hulot : « On est freiné dans le développement de cette filière par un certain nombre de verrous administratifs, juridiques, parfois économiques ou financiers.».

Source : Energie : l’éolien français met un pied dans l’eau, Florian Bardou, 7 août 2017